Agences Immobilieres Solvimo
Reseaux Sociaux
Mon Espace Personnel
Connexion
geoloc
RECHERCHE
Votre Newsletter Solvimo
tel
email
édition du 11 septembre 2017

Retour au sommaire
Pour la cinquième année consécutive, le Crédit Foncier a réalisé, entre le 11 et le 31 juillet 2017, une enquête auprès de ses clients pour mieux connaître les attentes et motivations des particuliers qui investissent dans l'immobilier. Une fois encore, la progression de ce marché démontre l'intérêt des Français pour ce type de placement.

  EN TROIS ANS, LA PART DES CONSTRUCTIONS AFFECTÉE AU LOCATIF PRIVÉ A PROGRESSÉ DE 4,7 POINTS.

  GRÂCE AUX TAUX D'EMPRUNT EXCEPTIONNELS, LE POUVOIR D'ACHAT IMMOBILIER A AUGMENTÉ DE 7 % EN DEUX ANS.

  ALORS QUE LA CAROTTE FISCALE EST LA PREMIÈRE MOTIVATION POUR INVESTIR DANS LE NEUF, LE DÉSIR DE SE CONSTITUER UN PATRIMOINE ARRIVE EN PREMIER POUR L'ANCIEN.

  QUATRE RÉGIONS CONCENTRENT LES DEUX TIERS DE L'INVESTISSEMENT LOCATIF.

L’immobilier devance l’assurance vie

Des 2 700 réponses rencensées par le Crédit Foncier, il ressort qu’en 2017, le locatif privé est en nettre progression, avec 16,3 % des logements construits contre 11,6 % en 2014. Un chiffre confirmé par les personnes interrogées qui privilégient ce type de placement (70 %) à l’assurance vie (15 %). Et une fois l’investissement réalisé, 94 % des investisseurs locatifs sont très ou assez satisfaits de l’investissement qu’ils ont réalisé au 1er semestre 2017.




45 m2 pour un coût médian de 168 000 euros

En moyenne, l’investisseur locatif a 45 ans, vit en couple (73 % d’entre eux) et dispose dans son ménage d’un revenu de 70 300 euros. 92 % privilégient les appartements contre 8 % les maisons. Le bien acquis comporte en moyenne deux pièces (58 % des biens loués sont des studios ou des deux-pièces) pour une surface de 45 m² et un coût médian de 168 000 euros. Ce bien est très souvent acheté grâce à un financement avec peu ou pas d’apport sur une durée moyenne de 20 ans et 5 mois. La baisse des taux de crédit immobilier a encouragé les investisseurs à acquérir des biens d’un montant plus élevé (hausse de 7 % sur les deux dernières années).




Acheter dans le neuf pour défiscaliser

Dans le neuf, pour 65 % des personnes interrogées, la première motivation est fiscale, devant le désir de se constituer un patrimoine (44 %) ou le souhait de disposer plus tard d’un revenu complémentaire à la retraite (37 %). La moitié des investisseurs (49 %) a l’intention de revendre ce bien plus tard. L’investissement se fait majoritairement (56 %) dans une zone géographique éloignée du domicile de l’investisseur.
Dans l’ancien, les critères de motivation sont inversés. Arrive en premier le désir de se constituer un patrimoine (61 %), puis le souhait de disposer plus tard d’un revenu complémentaire à la retraite (56 %) et la constitution d’un capital pour le transmettre à ses enfants (42 %). La fiscalité n’arrive qu’en 7e position parmi les critères d’investissement (13 % des répondants). Moins d’un quart des investisseurs (23 %) a l’intention de revendre le bien plus tard. Enfin, pour 66 % des répondants, l’investissement se fait essentiellement à proximité du domicile de l’investisseur.




« TROIS FRANCE » DE L’INVESTISSEMENT

Selon l’étude du Crédit Foncier, « trois France » de l’investissement locatif se dessinent. D’abord, 4 régions de province sur 12 concentrent près des deux tiers (63 %) de l’investissement locatif : Occitanie (26 % en 2017 contre 22 % en 2010), Nouvelle-Aquitaine (15 %), Paca (12 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (10 %). L’Ile-de-France arrive en deuxième position avec 19 % des opérations. Reste les 8 autres régions de l’Hexagone avec une part de 18 % (24 % en 2010).